Basket Mon panier

English | Español
Search

Notre partenaire de la campagne à Budapest souhaite aider le plus grand nombre possible de personnes dormant dans la rue et de personnes vulnérables à intégrer des logements locatifs abordables et s’assurer que la fourniture de logements abordables avec accompagnement devienne la solution politique institutionnelle et nationale privilégiée à la problématique du sans-abrisme.   

Quand a-t-elle rejoint la campagne ? Juin 2021

Qui est impliqué ? La Campagne à Budapest est dirigée par l’ONG locale Utcáról Lakásba! Egyesület / From Streets to Homes Association. Elle dirige des programmes avec plusieurs municipalités comme la Municipalité de Budapest, l’Institut de Budapest et d’autres organisations comme City for All, la Menhely Foundation, la Street Lawyer Association, Baptist Aid, Habitat for Humanity Hongrie, et le Metropolitan Research Institute.

Quelles sont les actions déjà menées ? Il n’existe pas de données exactes sur le sans-abrisme de rue à Budapest. Le recensement de 2011 a indiqué qu’il y avait 12.000 personnes inscrites officiellement en tant personnes sans abri au niveau national, mais les experts sociaux estiment que ce nombre est bien plus élevé. De nombreuses personnes vivent dans la rue ou dans des cabanes de fortune dans les bois. En 2015, plus de 30.000 personnes ont utilisé les centres d’accueil de jour pour sans-abri, mais ces centres sont parfois utilisés par des personnes vivant dans des logements précaires.

La prise en charge institutionnelle, à l’instar des centres d’hébergement de nuit ou des centres d’hébergement à plus long terme, est fournie par l’État et les municipalités. Toutefois, la qualité de certains centres est inadéquate, avec des personnes vivant dans des chambres surpeuplées et dans des conditions précaires.

Au niveau pratique, les aides fournies par l’État n’offrent aucune solution durable au sans-abrisme. Au niveau stratégique, il n’existe pas de politique sociale globale nationale pour lutter contre le sans-abrisme ou le mal-logement.

  • En 2015, le gouvernement a introduit une législation qui interdit la résidence habituelle dans l’espace public, criminalisant ainsi le sans-abrisme de rue.
  • Le gouvernement national offre des réductions fiscales et des emprunts préférentiels pour aider les familles de classe moyenne et élevée à acheter ou rénover des logements. Par ailleurs, le nombre d’appartements sociaux gérés par les municipalités diminue d’année en année.

Dans ce contexte, l’ONG Utcáról Lakásba! Egyesület / From Streets to Homes fournit des services et milite pour des changements nécessaires. Elle gère deux programmes, soutenant les personnes âgées, les familles avec enfants et les personnes vivant dans la rue ou dans des cabanes dans les bois. Ces deux programmes fournissent des services sociaux intensifs pour les locataires. Un groupe aide également les personnes dans le besoin à trouver du travail.

  1. Des cabanes à des logements : des appartements sociaux inoccupés sont rénovés pour les personnes dans le besoin.
  2. Agence de logement social : proposer des appartements privés et des logements mobiles à des loyers abordables.

Elle gère actuellement 32 appartements avec 77 locataires.

Elle est membre d’une coalition d’ONG, de syndicats et de groupes de pression luttant pour l’interdiction d’un amendement de la loi nationale sur le logement qui privatiserait le parc de logements sociaux, ce qui renforcerait la crise actuellement du logement urbain et qui augmenterait les inégalités en matière de logement.

Quelles sont les prochaines étapes ? Un objectif clé est d’engager d’autres municipalités locales en tant que partenaires stratégiques.

Travaillant avec le Budapest Institute, et bénéficiant d’une subvention du Fonds d’innovation de World Habitat, elle réalise une étude et rédige un manuel numérique avec des recommandations politiques et des lignes directrices. Celles-ci peuvent être utilisées par les municipalités de Budapest et d’autres régions hongroises en vue de développer des programmes innovants de logement social afin de réduire le mal-logement et le sans-abrisme.


Dernières nouvelles

Tout voir