Basket Mon panier

English | Español
Search

Avant de débuter à la World Habitat en tant que chargée des communications, j’ai travaillé pour une organisation communautaire pendant plusieurs années avec des locaux qui travaillaient ensemble pour améliorer leur propre environnement. Dans notre ville de Coalville, dans le Leicestershire, une ancienne ville minière qui a été victime d’un déclin économique avec la perte de nombreux emplois, l’absence d’opportunités et la faillite de nombreuses sociétés, l’esprit communautaire reste important, avec des groupes de bénévoles qui se rassemblent pour fournir des formations aux jeunes locaux. Ne travaillant auparavant pas dans le domaine du logement, j’ai vraiment été impressionnée de voir que les communautés ont le pouvoir de résoudre leurs propres problèmes de logement.

Le logement dirigé par la communauté est une façon de le faire. S’il se concentre sur le logement, il permet également aux jeunes de façonner le quartier dans lequel ils vivent, améliorant les installations locales et les espaces publics. Je pense qu’il est important de se rappeler que le logement décent ne se limite pas à quatre murs et un toit, mais également à la communauté dans laquelle vous vivez. Actuellement au Royaume-Uni, les logements dirigés par les communautés ne représentent qu’1% de tous les logements, ce qui démontre le potentiel énorme de permettre aux personnes de jouer un rôle clé dans la construction de leurs propres logements. Le lauréat des Prix mondiaux de l’Habitat en 2015, les autoconstructions dans le Nord de l’Angleterre, en est un parfait exemple. Les locaux, souvent des personnes sans domicile, sont formés pour rénover et décorer des logements inoccupés, qui deviennent alors des logements abordables pour les personnes vulnérables. L’amélioration visuelle d’un quartier est durable, encourageant l’intégration et le respect, tout en fournissant des logements qui étaient par le passé des bâtiments en ruines.

Un autre projet britannique, le cohabitat pour des femmes âgées au nord de Londres, fournira des logements communautaires à 26 femmes âgées, gérés par les résidents mêmes. De l’avis général, la réduction de la solitude des personnes âgées peut améliorer leur santé et leur bien-être, diminuant ainsi le recours aux soins de santé et à la prise en charge sociale. Lorsque l’on pense au problème du vieillissement de la population ici au Royaume-Uni, cette solution doit être prise en considération. À l’opposé, vous trouverez des informations sur des étudiants qui se rassemblent pour construire leurs propres logements dans ce blog de ma collègue Kathryn Sutter.

homelessness-endurance-eventC’est à peu près à cette époque l’année passée, en regardant le documentaire ‘Invisible Britain’, que j’ai entendu que le sans-abrisme au Royaume-Uni avait augmenté de plus de 50% depuis les élections législatives de 2010. Comme si ce n’était pas suffisant choquant, des statistiques plus récentes démontrent que le sans-abrisme en Angleterre a augmenté de 30% depuis l’année passée et de pas moins de 102% depuis 2010. Cela est inacceptable. En outre, le sans-abrisme est en hausse dans pratiquement tous les pays européens, et la World Habitat est déterminée à vouloir changer les choses.

La campagne européenne sur l’élimination du sans-abrisme de rue est un engagement à créer un mouvement de villes travaillant ensemble pour loger de façon permanente les personnes les plus vulnérables et mettre un terme au sans-abrisme de rue chronique dans les villes participantes d’ici 2020. On peut penser que cet objectif est quelque peu ambitieux, mais l’expérience de la Campagne 100.000 logements aux États-Unis démontre que c’est possible. Adoptant le principe de base que l’accès au logement est la priorité pour sortir du sans-abrisme, des personnes venant des quatre coins de l’Europe tentent de voir leur ville de façon différente, en apprenant à connaître les personnes qui dorment dans la rue. En tant que coordinatrice de la campagne, Linda Butcher, décrit dans son blog la façon dont les bénévoles de la communauté peuvent sensibiliser le public et être directement impliqués dans l’amélioration de la vie des personnes qu’ils voient chaque jour dans la rue. En août, je me suis jointe au groupe qui réalisait une enquête auprès des sans-abris à Croydon, au Royaume-Uni et j’ai rencontré de nombreux bénévoles qui s’étaient lancés dans ce projet. Une dame, qui m’a raconté qu’elle voyait des personnes dormir dans le parc chaque matin en se rendant au travail, a affirmé qu’elle ne voulait plus se contenter d’avoir pitié d’elles. Elle voulait faire quelque chose pour les aider. Comme Lee Buss, directeur des opérations d’Evolve Housing à Croydon l’affirme dans cette petite vidéo, « nous sommes persuadés que la communauté possède la solution à ce problème et nous travaillerons en tant que communauté pour définir les solutions appropriées. »

homelessness-is-not-a-crimeLa première chose qui m’a attiré à la World Habitat était l’idée que le logement est la clé de la réduction de la pauvreté. L’accès à un logement décent et stable a un impact sur la santé physique, la santé mentale, l’accès à l’éducation et aux formations, les opportunités d’emploi, la capacité à développer des relations, etc. Il est manifeste que les problèmes de logement, et leurs solutions, diffèrent aux quatre coins du monde, mais le principe basique selon lequel chacun devrait pouvoir disposer d’un logement stable qui répond à ses besoins est universel. Leilani Farha, Rapporteur spéciale de l’ONU sur le logement adéquat et membre du jury des Prix mondiaux de l’Habitat, a récemment écrit que le logement devait être reconnu comme un droit humain et qu’il fallait inclure les sans-abris et non en faire des criminels pour tenter de rester en vie. C’est ce que m’inspire, le partage d’exemples efficaces de projets prometteurs et le transfert par la suite de ces approches à l’autre bout du monde, en renforçant au passage les communautés.

Travaillant maintenant dans les communications, je constate la mesure dans laquelle les médias sociaux peuvent et devraient être utilisés pour partager les idées le plus largement possible. Avec la capacité de rejoindre des groupes et forums en ligne, de s’inspirer d’autres projets incroyables de logement et d’interagir avec des personnes qui veulent résoudre leurs propres problèmes de logement, il s’agit d’une opportunité unique.

Il existe de nombreux exemples de communautés qui se rassemblent pour résoudre leurs propres problèmes. Si vous souhaitez en savoir plus, suivez @bshf sur Twitter ou sur Facebook /WorldHabitatAwards.

Image credit: ‘Britain wins gold’ – Rupert Mallin; ‘Homelessness is not a crime’ – Vivian Yeong


Dernières nouvelles

Tout voir

Rejoignez la discussion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *