Basket Mon panier

English | Español
Search

Quelque chose de remarquable, qui a peut-être échappé à votre attention, se passe en Écosse depuis maintenant deux ans. C’était en mai 2017 lors d’une conférence à Stirling que s’est déroulée la première discussion nationale sur le Logement d’abord. Les organisateurs de la conférence, Housing First Scotland, connaissaient les nombreuses données démontrant l’impact potentiel du Logement d’abord, alors que le modèle traditionnel mis en œuvre en Écosse montrait clairement ses limites. Ils savaient que le seul moyen de savoir si ce changement politique, mis en œuvre via des partenariats locaux, pouvait avoir l’impact désiré sur le sans-abrisme de rue était d’étendre considérablement le modèle.

Le principal message de cet événement était : « pas la peine de réfléchir, il faut foncer ». Au moment de la conférence de l’année passée, l’accent était placé sur un nouvel engagement national d’étendre le Logement d’abord. Le vent du changement soufflait dans la bonne direction : engagement politique, nouvelles ressources, collaboration entre particuliers et organisations, et développement d’une solide base de données.

Cette année-là, Social Bite a lancé le Fonds du Logement d’abord en Écosse en utilisant les millions levés lors de son action qui consistait à dormir dehors dans un parc. En outre, le gouvernement écossais a promis d’allouer 6,5 millions de Livres sterling pour faciliter la transition vers une approche de Logement d’abord, en partenariat avec Social Bite, les autorités locales, des associations et des organismes de logement.

Le Programme Pathfinder vise à loger 830 personnes d’ici mars 2021 à Aberdeen, Dundee, Edimbourg, Glasgow et Stirling. Étant donné que World Habitat travaille avec des partenaires à Glasgow depuis 2016, dans le cadre de la Campagne européenne sur l’élimination du sans-abrisme de rue, il s’agissait d’une excellente nouvelle. Housing First Scotland met à jour ses progrès mensuels par rapport à cet objectif.

Fin 2018, des gouvernements locaux ont élaboré des plans sur cinq ans pour développer le Logement d’abord dans leurs régions. D’aucuns estiment que les leçons du Programme Pathfinder seront essentielles pour aider d’autres autorités locales à développer et mettre en œuvre le Logement d’abord sur le long cours.

Passons maintenant à la conférence de mai 2019 d’Housing First Scotland. J’étais une des 350 personnes présentes à Edimbourg pour une journée vraiment inspirante avec des intervenants qui ont partagé leurs succès et leurs échecs et qui ont encouragé les autres participant à développer ce programme. Notre partenaire de campagne, l’Homelessness Network, a affirmé que cet événement représentait un tournant pour les militants du Logement d’abord, faisant de cette approche une réalité en Écosse.

Les félicitations sont de rigueur pour toutes les personnes qui ont été impliquées dans le succès de cette approche. Si les premières discussions sur le Logement d’abord en Écosse remontent à 2010, les vrais progrès réalisés depuis la conférence de mai 2017 sont vraiment remarquables. Deux jours, deux mois, deux ans, cela peut paraître tellement long lorsque vous êtes sans domicile et que vous attendez que quelque chose se passe pour améliorer votre quotidien. Mais dans la réalité, deux ans, c’est loin d’être de trop pour amorcer le processus d’un vrai changement de politique et de pratique au niveau national.

Il y a évidemment de nombreux obstacles qui attendent l’Écosse et les personnes et organisations qui seront impliquées dans cette transition. Le succès passera par l’implication de différents secteurs, pas uniquement du logement. Les fonds et le soutien de tous les niveaux du secteur public qui bénéficient de la réduction du sans-abrisme sont essentiels.

Un participant de la conférence de mai 2017 a plutôt bien résumé le défi qui attend l’Écosse : « Il ne s’agit pas seulement de changer le système du logement, mais bien de transformer une nation pour permettre à tous ses citoyens de s’épanouir. »

En parlant aux personnes sans domicile, aux travailleurs de terrain et aux personnes qui peuvent influencer les politiques, on se rend compte que la plupart du travail a déjà été effectué pour rassembler les preuves de ce qui fonctionne. En vue d’étendre efficacement le modèle, il existe des formations pour aider les travailleurs de terrain dans cette transition, il importe de fournir des directives écrites sur le Logement d’abord avec des principes clairement établis, et une Communauté de pratique a été mise en place pour permettre aux professionnels de tisser des liens et partager leurs connaissances.

Mick Wright, un des premiers à être logés via le Programme Pathfinder, a affirmé : « Tout ce que je peux dire sur le Logement d’abord, c’est que ça fonctionne. De toutes les personnes que je connaissais du centre d’hébergement et qui ont reçu un appartement, aucune n’est redevenue sans abri. Cela me permet d’avoir mon fils près de moi et d’avoir une bonne relation. Tout me semble normal, comme préparer du thé ou me réveiller dans mon propre lit. Je suis vraiment très reconnaissant. »

C’est comme ça que l’on peut résumer le Logement d’abord : donner toutes les clés aux personnes vulnérables pour leur permettre de vivre leur propre vie.

Image : Juan Lemus


Dernières nouvelles

Tout voir

Rejoignez la discussion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *