Basket Mon panier

English | Español
Search

« Avant d’acquérir ces terres, je travaillais comme ouvrière agricole dans les maisons de personnes appartenant à des castes supérieures. Nous étions considérés comme intouchables. Nous faisions de longues heures et la vie était pour le moins difficile. »

Gowri me dit ça alors que je suis assise devant sa grande maison où elle vit avec son mari et leurs quatre fils, entourés de végétation verdoyante, à Karnataka, au sud-ouest de l’Inde.

Elle me parle de la petite cabane dans laquelle ils vivaient auparavant, en bordure du village. En tant que membres de la tribu de Koraga, ils étaient considérés comme en bas de l’échelle du système des castes, obligés de s’adonner à des pratiques pour le moins horribles telles que l’Ajalu – lorsque les membres de la tribu sont obligés de manger des cheveux et des ongles, mixés avec le reste de nourriture.

Heureusement, l’histoire de Gowri ne s’arrête pas là. À la fin des années 80, une organisation intitulée la Samagra Grameena Ashram (SGA) a commencé à travailler avec cette tribu, afin de lui instiller un sentiment de dignité et une estime de soi et l’aider à se battre pour ses droits. En 2000, la SGA a établi un partenariat avec ActionAid Inde afin de créer la Fédération de Koraga.

Composée de représentants de la tribu de Koraga, elle a, grâce à sa persistance et sa détermination, réussi à promouvoir les droits à la terre et au logement de cette tribu.

Gowri a participé à ce programme et a fait valoir son droit à ses terres familiales. Maintenant, sa famille vit dans une maison décente et cultive son propre jasmin et de la noix d’arec, et des cocotiers poussent sur ses terres.

La Fédération de Koraga représente la tribu de Koraga à tous les niveaux, du village à l’État.

Plus de 2.500 familles ont reçu des terres et environ 10.000 Koragas et 9.000 personnes appartenant à des communautés forestières ont accédé à des logements sociaux. Ils jouissent également d’un meilleur accès à l’éducation et la nourriture.

Plus important, la grande majorité des Koragas refusent maintenant de prendre part à des pratiques dégradantes et oppressives comme l’Ajalu. Ils se voient complètement différemment. Il s’agit d’une véritable transformation pour des communautés entières, et l’impact se fera ressentir pendant plusieurs générations.

L’initiative a été tellement couronnée de succès que la Fédération de Koraga n’a plus besoin de l’aide d’ActionAid Inde et de la SGA. Ils ont tiré les leçons de ce combat de 20 ans pour travailler avec des communautés confrontées ou récemment libérées du travail forcé.

Gowri résumé parfaitement l’impact de ce programme : « C’est avec fierté que je peux affirmer que nos terres ont joué un rôle clé pour sortir de l’oppression. Je suis maintenant autonome ! »


Dernières nouvelles

Tout voir

Rejoignez la discussion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *