Basket Mon panier

English | Español
Search

Les Prix Mondiaux de l’Habitat sont notre concours annuel destiné à trouver et récompenser les meilleurs exemples de personnes qui résolvent certains des plus importants problèmes de logement aux quatre coins du monde.

L’annonce de nos lauréats marque le début d’une nouvelle mission, celle de partager et de promouvoir leur excellent travail.

La semaine prochaine, CARE Philippines (lauréat 2017 d’un Prix Mondial de l’Habitat) organise un événement, que nous soutenons, afin de partager son expérience en matière d’aide à l’auto-rétablissement de locaux avec des professionnels et des pairs à Manille. Avant cet événement qui s’annonce inestimable, laissez-moi revenir sur la façon dont nous avons partagé le travail de notre autre lauréat 2017, Mutual Housing California.

Mutual Housing California m’a accueillie avec neuf autres personnes à Sacramento en novembre 2018. Alors que nous découvrions cette organisation exceptionnelle, nous avons beaucoup parlé de la « sauce secrète » de Mutual Housing. Qu’est-ce qui rend cette organisation tellement spéciale ?

Mutual Housing a remporté un Prix Mondial de l’Habitat en 2017 grâce à son projet Mutual Housing à Spring Lake, mais ce projet ne représente qu’une partie du travail de cette organisation. Elle dirige actuellement 17 projets différents qui fournissent bien plus que des logements abordables. Les organisateurs communautaires, le personnel et les résidents, qui sont tous membres de l’organisation, travaillent de concert pour construire et développer les communautés, proposant une large gamme d’activités telles que des formations, le développement du leadership et le renforcement des capacités.

Nous avons rencontré le personnel et les résidents, et aucun d’entre eux ne tarissait d’éloges à propose de l’organisation et de sa mission. Chaque résident que nous avons rencontré nous faisait part de sa fierté, de sa satisfaction et d’un véritable sentiment d’appartenance à sa communauté, et chacun nous répétait qu’il ne serait pas où il en était sans l’aide de Mutual Housing.

Nous avons visité Mutual Housing dans les Highlands, où l’organisation dirige un programme de logement d’abord (via lequel des personnes sans domicile reçoivent un logement sans condition préalable, en plus d’un accompagnement et d’une sécurité d’occupation).

J’ai trouvé remarquable que nous puissions nous asseoir autour d’une table avec des personnes qui avaient vécu bien plus d’expériences traumatisantes que nous tous réunis. Personnellement, je trouve déjà exceptionnel que ces personnes soient toujours debout après autant de difficultés. Même si elles étaient clairement nerveuses de parler à « tous ces professionnels », elles nous ont expliqué les défis qui accompagnaient leur participation et leur engagement dans ce programme, leur volonté d’accueillir le mieux possible les nouveaux résidents. Nous aurions tout aussi bien pu assister à une réunion de n’importe quelle organisation de logement.

Le lendemain, nous avons découvert la fresque murale de Spring Lake. Même si je l’avais déjà vue en photos, c’était bien plus impressionnant en vrai, cette fresque qui couvre le mur de la salle de réunion communautaire avec ce portrait joyeux de la vie pour les résidents.

Nous avons écouté les résidents nous expliquer la façon dont leur vie avait changé depuis leur arrivée dans la communauté. Ces récits étaient très souvent accompagnés de larmes, de larges sourires et d’éclats de rires. Spring Lake a été créée exclusivement pour les agriculteurs qui, malgré leur prise en charge de la majorité de la récolte de nourriture de la région voire au-delà, sont traités par des systèmes de logement statutaires avec beaucoup de dédain et de mépris. Les résidents nous ont raconté leur vie avant Spring Lake, lorsqu’ils vivaient dans des logements humides, infestés, exigus, hors de prix et précaires. Ils étaient alors terrifiés, isolés, méprisés et seuls.

Le partage et l’entraide sont les maître-mots de la communauté de Spring Lake. Les résidents se sentent en sécurité, sont en bonne santé et peuvent s’épanouir. Leurs enfants peuvent être scolarisés. Ils partagent leur nourriture, se sentent à l’aise et ont un sentiment d’appartenance qu’il est impossible de feindre.

La phrase qui m’a le plus marquée est celle de Leticia, une résidente qui a partagé son expérience avec nous : « C’est l’amour. Une communauté bâtie sur l’amour. » C’est peut-être ça, l’ingrédient secret de la sauce. Je suis souvent la première à me moquer des clichés, mais ma rencontre avec ces personnes remplies de joie m’a probablement convaincue.

Notre visite a coïncidé avec les pires incendies jamais enregistrés en Californie. Le nuage de fumée et son incidence sur nos poumons m’ont fait penser aux personnes qui sont sans domicile, dans des logements précaires, ignorées et méprisées. Le monde est rempli de personnes qui ont besoin de cette sauce secrète, mais je suis heureuse de voir que des organisations comme Mutual Housing, et bien évidemment CARE Philippines, partagent avec bonheur leur recette.

Votre projet englobe-t-il un « ingrédient secret » ? Participez aux Prix Mondiaux de l’Habitat de cette année avant le 31 mars pour avoir la chance de partager votre expérience.


Dernières nouvelles

Tout voir

Rejoignez la discussion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *