Basket Mon panier

English | Español
Search

En raison du risque d’accru pour les personnes précédemment sans abri de perdre leurs hébergements temporaires reçus pendant le confinement lié au COVID-19, l’organisation bruxelloise de maraudes les Infirmiers de Rue renforce ses efforts pour empêcher ces personnes de retourner dans la rue.

Après son premier appel à l’action en avril dernier, les Infirmiers de Rue, qui participe à la Campagne européenne sur l’élimination du sans-abrisme de rue, invite maintenant les personnes des quatre coins du monde à participer à sa campagne de lutte contre le sans-abrisme en signant sa pétition.

La pétition présente les trois domaines prioritaires d’action.

1. Tous les sans-abri dormant dans la rue doivent bénéficier d’un hébergement sûr : les publics vulnérables tels que les personnes âgées, handicapées, malades et chroniquement sans abri doivent pouvoir intégrer un logement permanent.

2. Toutes les personnes en hébergement temporaire doivent intégrer des logements permanents : personne ne peut retourner dans la rue. Nous devons rapidement trouver des logements abordables et fournir les services d’accompagnement nécessaires pour les personnes temporairement logées dans des chambres d’hôtel aux quatre coins du pays.

3. Prévenir une hausse du sans-abrisme : tous les indicateurs, que ce soit en matière de chômage ou de la fin des moratoires sur les expulsions, pointent vers une hausse du sans-abrisme. Nous devons agir rapidement pour empêcher cette crise.

Dr. Pierre Ryckmans, Co-coordinateur & Responsable Médical à Infirmiers de Rue, a affirmé :

« Cette campagne vise à guérir nos sociétés de la vulnérabilité à laquelle font face certains groupes de personnes durant cette crise. Il est devenu complètement impensable de laisser telles inégalités au cœur de nos villes. Cette campagne est l’occasion pour les personnes aux quatre coins du monde d’exiger un appel à l’action pour éliminer le sans-abrisme, renforcer notre solidarité et établir une nouvelle stabilité dans nos sociétés. »

Celeste Sangster, chargée de programme sur le sans-abrisme à World Habitat, a affirmé :

« La crise du COVID-19 a mis en lumière la nécessité d’éliminer le sans-abrisme et a souvent montré que des solutions, bien que parfois temporaires, peuvent être trouvées. À Bruxelles, plus de 750 personnes vivent actuellement dans des hôtels, des auberges de jeunesse et des bâtiments inoccupés. Les demandes ci-dessus sont les prochaines étapes qui permettront de développer des solutions pérennes. »

Les Infirmiers de Rue a lancé un premier appel à l’action en avril, lors duquel elle a demandé aux organisations aux quatre coins du monde de soutenir trois actions.

1. La protection du public sans abri.
2. La politique de dépistage proactive et systématique.
3. Le maintien en logement.

Plus de 150 organisations ont déjà soutenu ces demandes, et l’organisation espère maintenant que des personnes aux quatre coins du monde soutiendront leur appel à l’action en signant la pétition.

Image : Marie Trossat


Dernières nouvelles

Tout voir

Tout le monde mérite un logement

| News update

Rejoignez la discussion !